Togofoot, la vitrine du football togolais. - De lourdes sanctions pour violences sur les stades

Tous les articles

De lourdes sanctions pour violences sur les stades

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Commission de discipline de la Fédération Togolaise de Football vient de rendre son verdict suite à deux matchs émaillés de violences. Dans les deux cas, la Commission du président Me N’Djelle Abby Edah a eu la main lourde.

A l’issue de son audience du 13 avril 2017, la Commission de discipline de la FTF a rendu son verdict dans deux affaires.  Au centre des préoccupations, les violences lors du match ABOU OSSE d’Anié contre ESPOIR FC de Zio du 29 mars et celui entre ANGES de Notsè et ASKO FC du 02 avril 2017.

Pour le premier match concernant le championnat de deuxième division, la Commission a planché sur des cas de violences, envahissement du terrain, agression sur joueur et officiel d’équipe, officiels de matchs, défaillance sécuritaire, interruption du match. La Commission a pu établir que ce match s’est déroulé dans « un climat de tension et d’une violence, ayant empêché le match d’aller à son terme ».

Notamment, qu’à la 72ème minute, suite à une phase de jeu aérien dans la surface de réparation d’ESPOIR FC de Zio, le joueur Mohamed Aminou d’ABOU OSSE, a mal chuté cognant sa tête contre le sol. Que suite à cet incident, les supporters d’ABOU OSSE, ayant conclu à une agression contre leur joueur, ont envahi l’aire de jeu et s’en sont violemment pris à l’arbitre qui n’a eu la vie sauve qu’à l’intervention héroïque d’un agent des forces de l’ordre.

Ensuite, ces violences et agressions se sont généralisées et étendues aux joueurs et officiels de l’équipe visiteuse, faisant plusieurs blessés dont certains cas graves.

Après avoir fait le tour de la situation et se fondant sur les textes de la FTF, la Commission de discipline a donné match perdu par pénalité à ABOU OSSE, pour déclarer ESPOIR FC vainqueur du match. Le club d’Anié est en outre rétrogradé en division inférieure et son stade suspendu pour une durée de deux ans ferme, en plus d’une amende de 300.000 francs Cfa.

ANGES de Notsè et ASKO de Kara sanctionnés

Le second cas concerne la rencontre du championnat de première division entre ANGES de Notsè et ASKO de Kara. Ici aussi, la Commission a eu à connaitre de violences, envahissement du terrain, agression sur joueur, bagarre, voie de fait.

Il ressort de l’espèce que le match qui s’est déroulé dans un climat de tension, et de contestation permanente ponctué notamment par des cas d’agression et de violences généralisées observées à la fin, a été interrompu à plusieurs reprises.

C’est le cas notamment à la 89ème minute avec l’agression d’un joueur d’ANGES de Notsè  par un supporter (Yema Tchaa) de l’équipe visiteuse.  Mais aussi aux 21ème et 41ème minutes à cause de l’envahissement du terrain. A noter qu’à la 41ème minute, le joueur d’ASKO Ouro Agbandjal Abdou Razak s’est rendu coupable d’un coup de pied volontaire sur un adversaire.

La situation a dégénéré à la fin de la rencontre du fait des « défaillances sécuritaires » constatées tout le long de la rencontre et laissé place à une scène de violence et de confusion générale ayant occasionné des blessés graves dans chacun des deux camps.

C’est donc logiquement que la Commission de discipline a sanctionné d’une part ANGES de Notsè « à une interdiction de jouer son prochain match sur son stade, au paiement d’une amende de 500.000 francs et de l’autre, ASKO à payer 500.000 francs d’amende, et son supporter Yema Tchaa a une interdiction d’accès au stade pour une durée de six mois fermes. Obligation est faite à ASKO de faire respecter cette interdiction qui vaut pour les matchs de D1, D2 et D3 ainsi que les matchs du championnat du football féminin.

Comme indiqué plusieurs fois par le Comité exécutif de la FTF, la Commission de discipline se montre de plus en plus ferme dans son combat contre la violence sur les stades au moment où on tire vers la fin des compétitions nationales.

Source :togoftf.com