Togofoot, la vitrine du football togolais. - Intw exclu/ Francis Koné : L’international togolais revient sur son acte qui a sauvé la vie d’un gardien ce week end

Interviews

Intw exclu/ Francis Koné : L’international togolais revient sur son acte qui a sauvé la vie d’un gardien ce week end

Évaluer cet élément
(5 Votes)

L’attaquant togolais de Slovacko en République Tchèque a été le héros du week end . Il a sauvé la vie à un adversaire qui, après un choc perdait connaissance. Dans une interview exclusive accordée à notre site www.togofoot.info, Francis Koné revient sur les circonstances de son geste  mais aussi sur sa saison et sur ses ambitions

Togofoot(TF) : Depuis 2013, plus de vos nouvelles avec les éperviers. Que devient Francis Koné?

Francis Kone(FK): effectivement, il n’y a plus eu de contact entre la sélection et moi, je ne sais  pourquoi. Francis Kone est toujours en activité sportive, c’est-à-dire qu’il est tjrs en activité et joue des matchs officiels comme tout footballeur professionnel.

TF : Comment se passe votre saison en République Tchèque ? Arrivez-vous à vous imposer ?

FK : A mes débuts en République Tchèque, j’ai rencontré des difficultés, mais quelque temps après, j’ai réussi à me faire un nom en m’imposant, offrant une belle victoire à mon club contre le Sparta Prague, meilleure équipe de la République Tchèque qui depuis 10 ans n'avait jamais été battu par mon club et ensuite auteur d'un but contre Zlin fc, l'équipe rivale du club .

TF :Parlez-nous un peu du niveau du championnat Tchèque.

FK :Le championnat tchèque est comparable à la ligue 2 Française et n'est pas un mauvais championnat. La bas , évoluent certains africains comme Michael Ngadeu Ngadjui, actuel champion d'Afrique et l'international ivoirien Déli Simon. C'est un bon championnat, un endroit pour se faire remarquer et le plus important c’est de jouer  et en tant qu'attaquant , marquer des buts et aller de l'avant, c’est cela  le plus important.

TF :Ce week-end ,vous avez été remarquable sur le terrain par votre geste salvateur à l'endroit d'un adversaire qui était en détresse. Vous lui avez sauvé la vie en lui tirant la langue. Pouvez-vous nous faire revivre la scène ?

FK :D’abord, il faut dire que c'est Dieu qui sauve des vies, car c’est lui le même Dieu qui les donne et cela fait maintenant la 4ème fois que ça m'arrive. Vous allez trouver cela  peut-être un peu bizarre, mais je le trouve tout autant  bizarre.

C'était au cours du match que le gardien de but et son défenseur on eu un choc de tête à tête sur une balle qui m'a été donnée en profondeur. Faisant donc partie de l'action, je me suis immédiatement approché du gardien qui lui, avait commencé à perdre connaissance. J’ai tout de suite remarqué que sa rétine  disparaissait, les paumes qui se fermaient et les dents qui se serraient. Je me suis assis sur lui en lui maintenant les deux bras avec mes genoux, parce qu’il dégageait une force  pas possible ; ensuite j’ai mis la main dans sa gorge pour lui retenir La langue.

TF :C'est donc un sentiment de fierté qui vous anime en ce moment ?

FK :Il faut dire un peu oui. D’abord fier d'avoir Jésus comme sauveur qui est passé par moi pour sauver cet homme et fier d'honorer tout africain et surtout nous qui sommes traités de toute sorte de noms en ce milieu.

TF :Comment votre geste a-t-il été interprété en République Tchèque ?

FK :Mon geste a été interprété comme un geste miraculeux, salvateur, salutaire, héroïque, etc. Mais pour moi, c’est juste un geste d'esprit sportif et humain. Il faut savoir que la vie humaine est sacrée !

TF : Parlons des éperviers. Vous avez toujours voulu jouer aux côtés d’ Adebayor en sélection nationale. Est-ce que ce rêve est toujours d'actualité ?

FK : Jouer pour ma nation et en plus aux côtés d'une légende vivante, Adebayor a été toujours mon rêve le plus cher.

TF : Quelles sont vos ambitions aujourd'hui ?

FK :Mon ambition, aujourd’hui, est d’évoluer et remporter des titres dans de grands championnats comme en premier league  qui est ma priorité d’ailleurs. Ensuite  regagner la sélection et gagner des titres .